Startupeers tire sa révérence…

⏱Temps de lecture estimé : 7 minutes

Après 8 années passées à partager une certaine vision de l’innovation et mettre en avant des entrepreneurs ou startups françaises, il est temps pour Startupeers de tirer sa révérence... Pendant toutes ces années, j'ai fait vivre Startupeers sur mon temps personnel en y partageant mes réflexions sur l'innovation, le design ou encore l'entrepreneuriat et surtout en mettant en avant le maximum d'initiatives et d'entrepreneur·e·s possibles. Malheureusement, bien que toujours aussi motivé et passionné par les questions liées à l’entrepreneuriat, le design et l’innovation, j’ai fini par m’essouffler au point quelques années plus tard de ne presque plus écrire.

J’ai lancé Startupeers en juillet 2010 en réaction à une double frustration. La première était de voir la lenteur à laquelle mon employeur prenait conscience de la transformation qui s’opérait autour de nous et de la nécéssaire transition que nous devions avoir tant dans notre culture que dans nos manières d’agir (méthodes, outils, etc). La seconde était liée à la quasi-impossibilité d’avoir un impact sur cet état de fait, à court terme comme à moyen terme, alors même que je n’arrêtais de constater et mesurer l’importance d’amorcer le mouvement.

J’ai donc commencé à écrire pour partager et confronter mes réflexions sur le sujet, mais également creuser et apprendre des disciplines que je ne pouvais explorer dans mes missions quotidiennes (et qui me semblaient vitales). Cela faisait en effet plusieurs années que je me documentais de loin sur l’intelligence collective, l’entrepreneuriat et le design en réaction à une expérience incroyable qu’il m’avait été donné de vivre : la naissance et l’avènement du premier réseau social digital conçu pour rapprocher ses membres dans la vraie vie, aka Peuplade. Avoir vécu cette aventure m’avait amené à porter un regard différent sur le monde, et à prendre conscience de nombreux changements à venir.

Pendant un peu plus d’un an, grâce à l’écriture et aux échanges que généraient mes articles sur les réseaux sociaux j’ai pu rencontrer de nombreux acteurs de ces différents domaines et petit à petit me rendre visible et légitime sur ces thématiques (découvrant par la même empiriquement les principes de la stratégie de contenu).

Du positif donc, mais qui ne comblait pas suffisamment les frustration que je ressentais au quotidien. C’est ainsi qu’en septembre 2011 j’ai décidé de démissionner et de me lancer à mon compte pour explorer ces domaines qui me passionnaient tant, pile au moment de la naissance de mon fils, et sans client ni aucun autre filet de sécurité qu’un peu d’argent de côté me permettant de tenir 4-5 mois…

Et pourtant ça a marché. Mon activité s’est amorcée 6 mois après, après que l’un des experts rencontré grâce à Startupeers m’ai mis en relation avec une porteuse de projet nommée Camille qui travaillait dans un grand groupe et cherchait justement un profil différent pour l’accompagner.

Pendant les 5 années qui ont suivi la création de Startupeers j’ai passé de nombreuses heures pour l’alimenter, en plus de mon activité, et surtout pour le faire évoluer pour qu’il puisse devenir une tribune pour les primo-entrepreneur·e·s et les aider à acquérir cette visibilité qui m’avait tant aidée, mais également pour que ces dernier·e·s puissent y trouver un maximum de ressources leur permettant de gagner du temps, d’être plus efficaces au quotidien.

Parallèlement, j’ai démarré deux nouvelles aventures en 2016. La première est la création de There is no spoon avec Camille (ma première cliente pour ceux qui ont suivi). There is no spoon est une agence d’un genre nouveau, fonctionnant comme un écosystème et dont la raison d’être est d’accélérer les projets de nos clients tout en développant les capacités créatives de leurs équipes. Il y aurait beaucoup à dire et à écrire sur nos activité, mais ça n’est pas l’objet de cet article. La seconde est la création du Potager Perché, un potager autonome expérimental dans le Perche ou je passe la plupart de mes WE (je manque de temps pour alimenter le site là aussi…).

C’est aujourd’hui dans ces deux aventures que je mets mon énergie, et plutôt que de laisser vivoter Startupeers je préfère lui offrir une fin digne de ce nom ! D’ici quelques semaines, le site sera fermé et les articles / contenus seront transférés sur une nouvelle plateforme média raccrochée à There is no spoon : Take the Red Pill. Avec cette plateforme, nous avons l’ambition de dynamiser l’écosystème des freelances créatifs en leur apportant une tribune couplée à une machine à leads. Nous vous en dirons plus d’ici la fin de l’année, stay tuned 😉

 

Voici quelques statistiques sur ces 8 années.

Contenus

  • 700 articles publiés
  • 125 ressources #StartupToolbox
  • 100 portraits de startups
  • 25 portraits d’entrepreneurs

Communauté

  • 750 membres inscrits

Statistiques

Fabien GrenetCofondateur de There is no spoon, Fabien est tout autant passionné par l'innovation et le numérique que par le jardinage. Il partage sa vision et son expérience sur Take the Red Pill, ainsi que ses expérimentations agricoles sur Le Potager Perché. There is no spoon est une agence écosystème fédérant des freelances partageant un même objectif : permettre d'accélérer les projets en exploitant les leviers du numérique (état d'esprit, méthodes, outils).