Découvrez Beesy, une App de prise de note et gestion de taches sur iPad présentée par son fondateur.

⏱Temps de lecture estimé : 7 minutes

Découvrez dans l'interview ci-dessous le regard très intéressant que porte David Chevenement sur les nouveaux usages offerts par le numérique en entreprise ainsi que sa proposition pour (re)retrouver la sérénité dans votre quotidien opérationnel : be beesy, not busy !

La genèse

Avant de basculer dans le monde de l’entreprenariat, et d’apprendre le métier de développeur (ce qu’il a fait en un mois en suivant les cours en ligne de Stanford, chapeau), David était directeur commercial & marketing international pour une société commercialisant des box multimédia pour hotels, après être passé par de nombreux postes à responsabilité dans les domaines de la stratégie, du marketing produit, …

L’aventure de l’entreprenariat le titillait depuis longtemps, mais il lui manquait l’idée capable de le passionner et de lui faire franchir le pas. Cette idée lui est venue lors de la sortie de l’iPad, et pour ne pas rater la vague de l’iPad après avoir raté celle de l’iPhone et de l’Internet, David a décidé de se jeter à l’eau !

ne pas rater la vague de l’iPad après avoir raté celle de l’iPhone et de l’Internet

Dans ses fonctions, David manquait d’outillage pour gérer la trentaine de personnes qui travaillaient pour lui, en particulier pour gérer les actions des uns et des autres ainsi que les décisions prises lors des (trop) nombreuses réunions auxquelles il était amené à participer. L’arrivée de l’iPad lui a semblé pouvoir changer la donne en entreprise grâce à un rapport confort / facilité / valeur ajoutée bien plus élevé que n’importe lequel des outils existants jusqu’alors. En particulier, tout comme moi David appréciait le fait de ne plus être coupé des autres interlocuteurs en réunion derrière son écran et de pouvoir conserver un contact visuel tout en prenant ses notes sur son iPad.

Cependant, même si des Apps existaient à l’époque pour la prise de note en réunion, comme par exemple Evernote qu’il utilisait au début, David n’était pas satisfait car il manquait à son sens un coté GTD (Get Things Done) et à l’approche «je suis ta mémoire» il aurait aimé trouvé une approche «je t’aide à organiser ton contenu». C’est comme ça que l’idée de Beesy est née, elle ne l’a plus quittée depuis !

La vision globale

En entreprise, l’activité opérationnelle est fortement soutenue par le SI (parfois très puissant) sauf pour une chose : le management (de projet ou de personnes). Par ailleurs, une note (en réunion) correspond généralement une action. C’est sur ce constat et cette hypothèse que repose toute la conception de Beesy.

Beesy répond au besoin fondamental «bien manager ses priorité et sa productivité» quelque peu délaissé car perçu à tort comme étant de la responsabilité de chacun. Bien sur il existe des outils de gestion de projet, mais ils sont la majorité du temps conçus pour faciliter le reporting et le suivi des coûts, non pour faciliter l’avancement des opérations pour chaque acteur (sans compter le fait qu’ils sont rarement utilisés par monsieur tout le monde car trop complexes).

En entreprise, l’activité opérationnelle est fortement soutenue par le SI […] sauf pour une chose : le management

L’approche de Beesy est la suivante : faire un outil simple qui permette de rentrer des actions sans avoir de double saisie (fusionner notes en réunion & taches), de les consulter et suivre à posteriori, et enfin dans une vision plus long terme de pousser toute l’intelligence de ce contenu dans le SI de l’entreprise.

Beesy - prise de note en réunion et gestion de taches

 La stratégie

De manière très pragmatique, la stratégie adoptée par David pour rentrer dans l’entreprise est de surfer sur les tendances de consumérisation de l’IT et de BYOD en proposant une solution abordable dont les employés vont s’emparer à titre individuel et faire rentrer dans l’entreprise, puis par l’usage petit à petit convaincre collègues et responsables de l’utiliser.

Il s’agit donc de fournir un outil qui permette de gagner du temps tous les jours dans l’opérationnel, de capter et formaliser les informations majeure pour l’entreprise et de les rendre exploitables individuellement puis collectivement. Pour David, l’iPad a cette capacité de capter l’informel et le mettre dans le SI du fait de son extrême mobilité, de sa simplicité d’usage et de sa richesse fonctionnelle (on peut presque tout faire avec un iPad pourvu qu’on ai une App bien pensée).

L’utopie entreprenariale que poursuit David est de créer une nouvelle branche SI n’existant pas encore dont le but serait d’accompagner les managers et s’assurer que leurs priorités sont bien alignées avec la stratégie de l’entreprise. Cette utopie n’en est pas vraiment une d’ailleurs, il s’agit en réalité d’une stratégie liée au modèle économique de Beesy car les plafonds psychologiques de prix pour les Apps pro sur iPad tournent autour de 8€ (Pages & Numbers) et ne permettent clairement pas un modèle économique basé sur la vente sur l’AppStore. Il faut donc trouver un relai de croissance autre que l’App, cette dernière constituant une sorte de produit d’appel.

Business Object a inventé l’informatique décisionnelle, j’aimerais inventer l’informatique managériale. David Chevenement

Les utilisateurs

Il y a une forte dychotomie entre les marchés latins et anglo-saxons, les anglo-saxons & français adorent et adhèrent complètement à Beesy alors que les latins (hors Suisses) trouvent l’App trop compliquée (probablement en raison des cultures d’organisation et de travail de type logique floue).

David se confronte régulièrement aux utilisateurs de Beesy car leurs retours sont riches et  instructifs, en particulier ils permettent de mieux comprendre les différences culturelles et de mieux adapter les hypothèses de conception à la réalité d’utilisation.

Pas de chiffres à citer, mais depuis son lancement le 15 février 2012 Beesy connait une croissance tout à fait satisfaisante pour David.

Le mot de la fin

Pour faire la boucle avec la génèse, quand je parle d’une révolution iPad j’en ai vu deux, la lecture (ça va bouleverser l’édition électronique, web inclus, de manière phénoménale) et l’écriture (c’est le début de l’abandon des cahiers).

Je crois que l’on est au tout début d’une vague dont peut de gens s’aperçoivent qui va révolutionner la manière dont on interagit avec le papier. En 2 ans 55 millions, 19%, des foyers américains sont équipés, c’est l’adoption la plus rapide qui soit (42% des foyers américains ont une console).

L’entreprise va être révolutionnée aussi, de part la manière dont on interagit avec l’informatique qui est en plein bouleversement. Sur Appanie, 40% des Apps dans le top 30 sont des Apps de prise de note et d’écriture…. C’est la prochaine vague. (ex : evernote vient d’acheter PenUltimate, et ont depuis toujours un moteur de reconnaissance d’écriture).

L’iPad va révolutionner l’interaction avec écriture comme internet l’a fait avec le contenu

Je remercie David pour le temps consacré à cette interview et la richesse de cet échange. Vous pouvez télécharger Beesy gratuitement sur l’AppStore.

Fabien GrenetCofondateur de There is no spoon, Fabien est tout autant passionné par l'innovation et le numérique que par le jardinage. Il partage sa vision et son expérience sur Take the Red Pill, ainsi que ses expérimentations agricoles sur Le Potager Perché. There is no spoon est une agence écosystème fédérant des freelances partageant un même objectif : permettre d'accélérer les projets en exploitant les leviers du numérique (état d'esprit, méthodes, outils).