Destination entreprendre #16 : Delphine Pinon

#Articles

Le 16 décembre 2013

PrĂ©sentation. J’ai 26 ans et je fais plus jeune que mon âge. Je suis nĂ©e et j’ai grandi en banlieue parisienne. J’ai fait toute ma scolaritĂ© post-bac Ă  Sciences Po Paris. Je suis curieuse et très gourmande. Je mĂ©dite matin et soir pendant 30 minutes. Je suis addict Ă  mon tĂ©lĂ©phone. Comme NKM, je trouve […]
⏱Temps de lecture : 1 minute
SONY DSC

RĂ©sumĂ© : Dynamique, fonceuse et positive, Delphine est une entrepreneuse au parcours très intĂ©ressant qui ose parler de ses Ă©checs, fait suffisamment rare pour ĂŞtre soulignĂ©. Elle y a d’ailleurs consacrĂ© un blog, delphinepinon.tumblr.com, sur lequel elle partage ses expĂ©riences passĂ©es sans autocensure et avec beaucoup d’autodĂ©rision ! Ayant provisoirement mis en pause ses aspirations entrepreneuriales, elle accompagne des crĂ©ateurs d’entreprises Ă  la CCI de Paris.

Présentation.

J’ai 26 ans et je fais plus jeune que mon âge. Je suis nĂ©e et j’ai grandi en banlieue parisienne. J’ai fait toute ma scolaritĂ© post-bac Ă  Sciences Po Paris. Je suis curieuse et très gourmande. Je mĂ©dite matin et soir pendant 30 minutes. Je suis addict Ă  mon tĂ©lĂ©phone. Comme NKM, je trouve vraiment que le mĂ©tro est « un lieu de charme » n’en dĂ©plaise aux râleurs. Je mets 2 mois Ă  lire un livre et je ne lis que des romans. Je suis fan de Ken Follett et de Plus Belle La Vie (ça y est je l’ai dit). Je suis une fille entrepreneuse voire entreprenante.

DĂ©clencheurs.

L’entrepreneuriat est une envie de longue date. Pour moi c’Ă©tait un peu « J’ai envie de crĂ©er ma boite mais j’ai pas d’idĂ©e ». J’ai donc commencĂ© par des balbutiements, puis j’ai gravitĂ© dans le milieu des startups parisiennes, rencontrĂ© des gens super intĂ©ressants jusqu’Ă  ce qu’on me propose de m’associer sur un vrai projet. J’Ă©tais tellement excitĂ©e de me lancer ! Je crois que je me suis considĂ©rĂ©e vraiment comme entrepreneuse quand j’ai montĂ© www.majolietombe.fr.

Premier fait d’armes.

A 23 ans, j’ai obtenu un diplĂ´me de coach professionnelle en parallèle de mes Ă©tudes. A cette Ă©poque j’avais vraiment envie de me lancer dans l’accompagnement individuel, mĂ©tier qui ne peut s’apprendre qu’en pratiquant rĂ©gulièrement. Alors, j’ai cherchĂ© des clients et j’en ai accompagnĂ© quelques uns. Je me rappelle avoir lancĂ© en grande pompe cette activitĂ© auprès de mon entourage. J’avais imprimĂ© des milliers de flyers et de cartes de visite qui pourrissent aujourd’hui dans un carton chez mes parents. J’Ă©tais assez naĂŻve pour croire que les clients viendraient « presque » tous seuls.

RĂŞves.

Les rĂŞves ça m’encombre ! Plus j’y pense, plus je m’angoisse du prĂ©sent. Pour moi ce n’est pas un moteur.

Échecs.

J’ai eu beaucoup d’Ă©checs dans mes tentatives entrepreneuriales. J’en ai d’ailleurs fait un blog oĂą j’en parle sans dĂ©tours : delphinepinon.tumblr.com. Et pourtant, je me suis remise de tous. Mon compte en banque moins 🙂 Des fois je me demande si je suis devenue la main de fer dans un gant de velours ou alors un petit moineau dans le costume de dark vador !

Conseil.

Il y a tellement de choses Ă  dire. Parlons d’abord business plan. Soyons clair, si vous n’avez pas besoin de financement (au moins au dĂ©marrage), le business plan ne sert Ă  rien. Il ne remplacera jamais le test auprès du marchĂ©. Et je ne parle pas de distribuer un questionnaire Ă  la sortie du mĂ©tro. Ensuite, je dirais Ă  tout entrepreneur – qu’il crĂ©e une startup, un commerce ou une activitĂ© libĂ©rale – de ne pas se fier Ă  ses seules certitudes et intuitions, de rester humble et de cultiver l’apprentissage par le test. Enfin, je conseillerai de se mettre sur Twitter. J’ai moi-mĂŞme mis beaucoup de temps Ă  apprivoiser twitter mais je trouve que c’est un outil formidable que tu veuilles contribuer ou non. Il y a une mine incroyable d’articles de blogs, de vidĂ©os, d’Ă©vĂ©nements qui Ă  mon sens remplacent largement toutes les Ă©tudes de marchĂ© que vous pourrez faire.

Inspirations.

Je dois avoir de multiples inspirations mais je suis juste incapable de les identifier. Par contre, quand j’ai un coup de blues, j’ai mes petites madeleines de Proust Ă  moi : un calin de Amma, la discographie complète de Jean-Jacques Goldman, et mon livre de chevet de Eckhart TollĂ© (ndlr Le pouvoir du moment prĂ©sent).

Actualité.

J’ai mis en off mes envies d’entreprendre. Aujourd’hui, j’ai vraiment envie de rejoindre une Ă©quipe pour longtemps. De tout ce que j’ai appris et fait ces dernières annĂ©es, j’ai compris que ce qui me plaisait le plus Ă©tait de piloter l’acquisition client dans une startup. Entre webmarketing et growth hacking j’ai une envie folle de relever de nouveaux dĂ©fis et d’apprendre.

Demain.

Pourquoi parler de demain ? Il y a tellement de choses Ă  dire et Ă  vivre maintenant !

What else ?

Fail Fast, Succeed Faster !

 

 

Votre portrait sur Le mag’.fr !

Pour faire partie des portraits d’entrepreneur ou d’intrapreneur sur Le mag’, rien de plus simple, il suffit d’en faire la demande par email !

Fabien GrenetCofondateur de There is no spoon, Fabien est tout autant passionné par l'innovation et le numérique que par le jardinage. Il partage sa vision et son expérience sur Take the Red Pill, ainsi que ses expérimentations agricoles sur Le Potager Perché. There is no spoon est une agence écosystème fédérant des freelances partageant un même objectif : permettre d'accélérer les projets en exploitant les leviers du numérique (état d'esprit, méthodes, outils).