Destination entreprendre #24 : BĂ©atrice Lhuillier

#Articles

Le 10 mars 2014

PrĂ©sentation. Je suis BĂ©atrice Lhuillier, j‘ai bientĂ´t 39 ans et je travaille en freelance depuis 4 ans. Je suis spĂ©cialiste des process et outils de conception et production e-learning et serious game. En rĂ©sumĂ© : une organisation fait appel Ă  moi lorsqu’elle dĂ©cide de mettre en place une cellule interne de production e-learning ou pour optimiser […]
⏱Temps de lecture : 1 minute
Beatrice Lhuillier

RĂ©sumĂ© :  Devenue entrepreneure en 2010 pour retrouver du sens dans son travail, BĂ©atrice a su dĂ©velopper autour de son activitĂ© une communautĂ© de professionnels et d’experts en appliquant sans le savoir des prĂ©ceptes recommandĂ©s par nombres de startup evangelists ! Toujours en recherche de nouveaux challenges, elle vient de lancer un site destinĂ© aux femmes qui souhaitent franchir ce mĂŞme pas sans trop savoir comment : devenir-consultante-freelance.com.

Présentation.

Je suis BĂ©atrice Lhuillier, j‘ai bientĂ´t 39 ans et je travaille en freelance depuis 4 ans. Je suis spĂ©cialiste des process et outils de conception et production e-learning et serious game. En rĂ©sumĂ© : une organisation fait appel Ă  moi lorsqu’elle dĂ©cide de mettre en place une cellule interne de production e-learning ou pour optimiser ses process (lorsqu’elle commence Ă  industrialiser sa production de contenus).

DĂ©clencheurs.

En 2010 j’ai quittĂ© mon dernier employeur, un Ă©diteur de contenus e-learning et serious games, chez qui j’avais un très bon poste de Directrice de Production. Un job passionnant mais…usant ! Un jour, je me suis rendu compte que je n’Ă©tais plus en phase avec ce que l’on me demandait. J’ai compris que je ne voulais plus travailler comme je le faisais. Je pensais ĂŞtre dĂ©goĂ»tĂ©e de mon job alors qu’en rĂ©alitĂ© j’aimais ce job, mais les conditions dans lesquelles je l’exerçais ne me satisfaisaient plus du tout. Je n’Ă©tais tout simplement pas alignĂ©e avec mes valeurs et je suis partie. J’ai utilisĂ© mon DIF pour faire un bilan de compĂ©tences et c’est lĂ  que, lentement, au fil des RDV avec ma coach, j’ai pris conscience qu’il y avait peut ĂŞtre une autre issue…une autre façon de travailler.

Premier fait d’armes.

Cela peut paraĂ®tre anecdotique mais ma première grande dĂ©cision a Ă©tĂ© de crĂ©er un site internet qui Ă  l’Ă©poque s’appelait Learning Planet. Dans ce site j’avais dĂ©cidĂ© de partager ma passion du e-learning et devoir le crĂ©er de A Ă  Z, sans demander d’avis Ă  qui que ce soit fut une rĂ©vĂ©lation. Finis les dĂ©cideurs qui n’en finissent pas de dĂ©cider de ne rien dĂ©cider… je n’avais qu’Ă  me consulter moi-mĂŞme, me former et tout Ă©tait fait très vite : bonheur ! Très vite je me suis rendu compte que mĂŞme si je devenais freelance j’apprĂ©hendais ce que j’appelle « la solitude du consultant ». Je me suis donc entourĂ©e. J’ai parlĂ© autour de moi de mon site Ă  des freelances que je connaissais pour avoir travaillĂ© avec eux par le passĂ©. Ils ont adorĂ© l’idĂ©e et j’ai donc crĂ©Ă© une petite communautĂ© de freelance tous spĂ©cialisĂ©s dans le e-learning. Nous Ă©crivions des articles sur nos domaines de prĂ©dilection pour nous faire connaĂ®tre, sortir du lot, faire connaĂ®tre nos domaines d’expertise. Aujourd’hui, ce site est devenu une association loi 1901 d’une vingtaine de personnes qui a changĂ© de nom : www.learning-sphere.com

RĂŞves.

Je suis Ă  une Ă©tape de ma vie oĂą j’ai l’impression d’avoir accompli pas mal de mes rĂŞves : vivre de mon expertise en tant qu’indĂ©pendante, devenir maman, m’entourer de personnes Ă  la fois professionnelles et sympathiques… A l’heure oĂą je vous parle je suis justement en train de me « reconfigurer » pour me donner de nouveaux challenges. J’ai toujours fonctionnĂ© ainsi : en me donnant des objectifs, en ayant des projets. Je tiens cela de mon père qui a toujours Ă©tĂ© comme ça, et ça lui a plutĂ´t rĂ©ussi !

Échecs.

Des Ă©checs, j’en ai vĂ©cu comme tout le monde mais j’ai fini par mettre en place des stratĂ©gies personnelles pour qu’ils ne soient pas trop douloureux. Ainsi, lorsque devenue consultante freelance depuis peu je n’Ă©tais pas retenue pour une mission, je pouvais ĂŞtre dĂ©primĂ©e pendant quelque temps. À prĂ©sent je passe vite Ă  autre chose parce que j’ai fait le nĂ©cessaire pour ne pas tout miser sur peu de projets : j’ai toujours plusieurs « casseroles sur le feu ». En revanche, j’essaie toujours d’analyser ce que j’ai loupĂ©, oĂą je n’ai pas convaincu.

Conseil.

#1 : ArrĂŞtez de penser que pour devenir freelance il faut ĂŞtre commercial. Rien n’est moins faux. Je ne suis pas commerciale, je ne l’ai jamais Ă©tĂ© et je dois dire que je fais de l’urticaire Ă  la seule idĂ©e de devoir en faire. Et pourtant, je vis de mon travail en freelance depuis 4 ans.

#2 : Prenez vous en main. Ne comptez pas sur quelqu’un d’autre pour faire les choses Ă  votre place. Si vous pensez que vous avez besoin de formation sur un domaine, n’attendez pas qu’une hiĂ©rarchie accepte de vous la payer car dans certaines organisations, vous risquez d’attendre longtemps !). Payez-vous vos formations : ne voyez pas cela comme une perte d’argent mais comme un investissement que vous faites sur l’avenir, sur VOTRE avenir. En tant que freelance, c’est encore plus vrai…car vous ne comptez que sur vous.

#3 : Mettez un pied devant l’autre. La peur ne sert Ă  rien, elle peut vous tĂ©taniser or en faisant les choses pas Ă  pas, il n’est pas compliquĂ© de se lancer en freelance. Il existe une quantitĂ© importante de dispositifs très sĂ©curisĂ©s pour se lancer sans danger : je pense par exemple au portage salarial, aux coopĂ©ratives d’activitĂ©s, aux pĂ©pinières d’entreprises etc.

#4 : Ecoutez votre coeur…et plantez des graines. J’ai remarquĂ© qu’il faut accepter de donner de son temps et de son Ă©nergie sans attendre de retour immĂ©diat. Par exemple lorsque vous tenez un blog, il est important d’Ă©crire des articles de qualitĂ© de façon très rĂ©gulière. Faire de la veille, Ă©crire, cela prend du temps. Mais un jour, tu peux ĂŞtre contactĂ© suite Ă  un article qui aura particulièrement marquĂ© un dĂ©cideur… J’ai Ă©crit un livre sur le serious game ainsi que des livres blancs, ce sont des heures et des heures de travail. Et rĂ©gulièrement, on m’appelle suite Ă  la lecture de l’un de ces Ă©crits. Je suis toujours Ă©tonnĂ©e de voir que certaines de mes actions sont comme des petites graines que je plante. Elles peuvent mettre des mois Ă  germer. Je ne sais jamais laquelle va donner un rĂ©sultat. Certaines personnes doivent rationaliser cette approche je suppose : mettre en place une stratĂ©gie pour atteindre des objectifs chiffrĂ©es. Ce n’est pas mon cas. Je fais ce que j’aime d’abord, je parle des sujets qui me passionnent…la suite vient naturellement.

Inspirations.

Pendant longtemps j’ai eu un mentor, elle a Ă©tĂ© ma responsable pendant quelque temps chez iProgress et se nomme Marion Blanc. Elle est aujourd’hui Ă  la tĂŞte de la sociĂ©tĂ© CIVILIZ. J’ai souvent pris exemple sur elle, surtout lorsque je suis devenue moi-mĂŞme manager. Lorsqu’on rentrait dans son bureau avec le moral dans les chaussures avec une tonne de problèmes, on en ressortait avec des solutions, les choses s’Ă©taient dĂ©bloquĂ©es. Elle avait cette capacitĂ© Ă  prendre de la hauteur sur les Ă©vĂ©nements et les problèmes qui m’a servi de modèle. Lorsque je suis devenue Manager Ă  mon tour, j’ai toujours eu Ă  coeur de procĂ©der de cette façon. Si mes chefs de projets venaient dans mon bureau crispĂ©s, je faisais mon possible pour leur donner de nouvelles pistes de rĂ©flexion. Ensuite, parmi les cĂ©lĂ©britĂ©s je citerais Steve Jobs, pas pour son caractère de chien mais pour une seule chose : ses prĂ©sentations ! J’exècre les prĂ©sentations ennuyeuses, les confĂ©renciers barbants, les Ă©vĂ©nements durant lesquels il ne se passe rien et les gens s’endorment.

Actualité.

Je viens de lancer un blog, devenir-consultante-freelance.com qui, comme son nom l’indique, s’adresse spĂ©cifiquement aux femmes qui souhaitent devenir consultantes freelance. Très bientĂ´t, je vais Ă©galement lancer 2 nouvelles activitĂ©s autour des vidĂ©os type « scribe » (vous voyez une main dessiner pour illustrer un propos qui peut ĂŞtre lu par une voix off). J’aurais peut ĂŞtre l’occasion de vous en reparler sur Le mag’.. Et enfin, un autre projet dans le domaine du e-learning mais chuuut, pour l’instant c’est encore secret… 🙂

Demain.

Au delĂ  des projets dont je vous ai dĂ©jĂ  parlĂ© et des changements de positionnements en terme d’offre qu’ils impliquent, j’ai un autre projet avec ma soeur graphiste et passionnĂ©e de cuisine : un site gourmand sur la cuisine traditionnelle ! Un projet en famille donc 🙂

What else ?

« C’est le premier pas qui compte » dit-on, et je le crois sincèrement. Si vous avez envie de devenir entrepreneur, prĂ©parez votre transition mais ensuite lancez-vous ! Il ne sert Ă  rien d’attendre d’avoir « le projet parfait ». Construisez votre avenir pierre par pierre et faites les choses avec coeur et avec passion : cela paie toujours.

 

 

Votre portrait sur Le mag’.fr !

Pour faire partie des portraits d’entrepreneur ou d’intrapreneur sur Le mag’, rien de plus simple, il suffit d’en faire la demande par email !

Fabien GrenetCofondateur de There is no spoon, Fabien est tout autant passionné par l'innovation et le numérique que par le jardinage. Il partage sa vision et son expérience sur Take the Red Pill, ainsi que ses expérimentations agricoles sur Le Potager Perché. There is no spoon est une agence écosystème fédérant des freelances partageant un même objectif : permettre d'accélérer les projets en exploitant les leviers du numérique (état d'esprit, méthodes, outils).