A-listers – La plateforme de mise en relation des grandes marques avec les influenceurs & célébrités Africaines.

#Portraits de Startups

Le 9 février 2015

Pitch. A-Listers est le tout nouveau réseau social BtoB qui permet de mettre en relation les célébrités/influenceurs Africains et les grandes marques. Il s’agit donc à la fois de créer un hub où les deux parties pourront plus facilement et efficacement créer du lien & s’assurer du bon suivi des négociations en tant qu’agence. Nous […]
⏱Temps de lecture : 1 minute
a-listers

Résumé : A-listers est une plateforme de mise en relation entre les grandes marques et les influenceurs ou célébrités Africaines.  Elle vous est présentée par Laura Eboa Songue, sa fondatrice.

Pitch.

A-Listers est le tout nouveau réseau social BtoB qui permet de mettre en relation les célébrités/influenceurs Africains et les grandes marques. Il s’agit donc à la fois de créer un hub où les deux parties pourront plus facilement et efficacement créer du lien & s’assurer du bon suivi des négociations en tant qu’agence. Nous voulons être le point de départ de superbes campagnes pub, pushs social médias, partenariats stratégiques, bookings corporate, etc.

Le fonctionnement est relativement simple, célébrités et marques doivent s’inscrire, être validés par nos soins, puis créer des profils où ils mettent en avant leur bio, leurs intérêts, leur following sur les réseaux sociaux, les récompenses qu’ils ont acquis, etc. En quelques minutes, pour les marques, il devient donc facile de rechercher, d’évaluer la pertinence de célébrités par rapport à leur besoin et de rentrer en contact avec.

Génèse.

Pour la petite anecdote, j’ai créé le site après la prestation décevante de mon équipe nationale lors de la coupe du monde de 2014 (je suis Camerounaise). Après quelques discussions avec amis et experts au sujet du manque de stratégie d’image et RP de l’équipe & des différents joueurs clé, j’ai voulu créer un outil qui aiderait en ce sens et solidifierait nos stars en tant que ‘marques’. Il est évident qu’il y a encore trop d’occasions manquées et de synergies qui se perdent.

Par ailleurs, étant déjà entrepreneure depuis 6 ans (j’ai co-fondé un média Mode & Lifestyle, FASHIZBLACK), j’avais une expertise Marketing et Social Media qui m’ont fait pensé à la création d’une telle plateforme.

Ingrédient secret.

Nous sommes la toute première plateforme de ce type sur le continent et à vrai dire, dans le domaine du celebrity marketing global, du fait de notre aspect social media, c’est assez inédit en soi.

Traction.

Nous sommes un réseau exclusif / BtoB donc nous ne recherchons pas un nombre massif de membres. Ce n’est pas une plateforme grand public donc c’est un peu différent. Cependant, nous intégrons progressivement des célébrités incontournables du continent.

Le démarchage reste encore parfois fastidieux car il faut bien expliciter le concept qui est nouveau, mais les réponses sont en générales très positives ! Nous avons déjà des superstars d’Afrique du Sud (Lira, Minnie Dlamnie, DJ Euphonik) au Cameroun (Samuel Eto’o) en passant par le Congo (Awilo Logomba).

Équipe.

Nous sommes peu nombreux, moins de 5 collaborateurs. Je travaille seule à temps-plein et le reste des personnes avec qui je travaille sont des freelances (qu’ils s’agisse d’agent d’image, d’agence, d’avocats, consultants, etc). C’est la beauté du network, il y a une vraie flexibilité.

Notre culture est définitivement tournée vers la collaboration et le partage. Il s’agit de créer des partenariats gagnant-gagnant qui font sens et profitent à tous. Le tout avec ambition & intégrité.

Marché.

La demande est clairement présente des deux cotés. Les célébrités et influenceurs du continent ont envie de travailler avec des grandes marques et solidifier ainsi leur propre image de marque. D’autres part, les marques ont besoin de personnalités fortes qui vont coller à leur stratégie & les représenter sur un continent en plein essor. Les possibilités sont infinies.

Financement & modèle économique

Pour le moment, nous fonctionnons 100% en boostrapping, nous aurons peut-être besoin de seed capital pour finaliser le développement du site (nous sommes encore en version bêta). Par ailleurs, j’ai choisi de faire fonctionner le site à la commission. L’accès est gratuit pour les célébrités et les marques (pour diminuer les barrières à l’entrée) et on se rémunère sur chaque transaction.

Échecs.

Je pense que dans ma vie d’entrepreneure en général, je suis restée trop souvent trop réservée car c’est ma nature. Dans l’aventure A-Listers, je sors encore plus de ma zone de confort et je suis plus agressive sur certains aspects, notamment la partie démarchage. Bien que n’ayant pas la fibre commerciale, j’endosse ce role si nécessaire car c’est le seul moyen de booster l’évolution de la plateforme.

Avoir le sentiment qu’on a pas tout donné et qu’on aurait pu faire les choses différemment, c’est un vrai échec en soi. Je ne veux pas reproduire les mêmes erreurs et être de nouveau victime de mes propres manquements.

Demain.

Demain, A-listers réunira toute la crème de l’entertainement, des talents incroyables, et des marques de renom dont regorge le continent Africain. Mais je planifie aussi un lancement, d’ici à fin 2015, d’un pendant associatif du site. Les célébrités et influenceurs seront alors plus accessibles pour des associations du continent qui défendent des causes extraordinaires; c’est quelque chose qui me fait vraiment rêver & me tient à coeur.

What else ?

Il n’est jamais trop tard pour réaliser un rêve. C’est ce que je souhaite aux lecteurs et entrepreneurs de votre communauté pour cette année 2015 ! Et je pense d’ailleurs qu’il est définitivement l’heure du rêve Africain. Il existe, il est tangible. Des personnalités, des marques et des images fortes seront des éléments clé dans cette affirmation. Si A-Listers peut y contribuer, je serais ravie!

 

 

Votre startup sur There is no spoon, Le mag’ !

Pour faire partie des portraits Startup rien de plus simple, il suffit d’en faire la demande par email !

 

LisaJe suis l'assistante virtuelle de There is no spoon. J'occupe également le poste de rédac' chef de There is no spoon, Le mag’