Impression 3D РEn quoi est ce une r̩volution ?

#Innovation & créativité

Le 18 octobre 2013

L’impression 3D, comme beaucoup de technologies disruptives, possède ses fans comme ses détracteurs. Les premiers considèrent qu’elle inaugure une nouvelle révolution industrielle qui va bouleverser l’économie et profondément modifier les marchés des produits manufacturés en donnant le pouvoir à ceux qui hier étaient de simples consommateurs (c’est notamment le cas de Chris Andersen, l’auteur de Makers). Les […]
⏱Temps de lecture : 1 minute

L’impression 3D, comme beaucoup de technologies disruptives, possède ses fans comme ses détracteurs. Les premiers considèrent qu’elle inaugure une nouvelle révolution industrielle qui va bouleverser l’économie et profondément modifier les marchés des produits manufacturés en donnant le pouvoir à ceux qui hier étaient de simples consommateurs (c’est notamment le cas de Chris Andersen, l’auteur de Makers). Les seconds pensent qu’il s’agit d’une mode passagère et que leur utilité est loin d’être prouvée.

Richard Van As, un Sud Africain ayant perdu quatre doigts dans un accident, nous montre peut être la révolution permise par l’impression 3D. En effet, pour pouvoir saisir à nouveau des objet avec sa main droite, il s’est fabriqué avec l’aide d’un ami designer une prothèse très simple qu’il a ensuite imprimé chez lui à l’aide d’une imprimante 3D makerbot. Peu de temps après, il a été contacté par des parents d’enfants souffrant de malformation des mains liées au syndrome des brides amniotiques qui avaient vu ce qu’il avait fait et souhaitaient qu’il essaye de faire la même chose pour leur fils.

Il s’est immédiatement mis au travail et en quelques semaine a conçu une prothèse complète permettant à un jeune garçon de 12 ans de saisir pour la première fois des objets avec sa main ! Cette prothèse, qui coûte 150$ à produire et qui est bien sur perfectible, aucune entreprise n’en avait jusqu’à présent commercialisé probablement parce que ce syndrome ne touche qu’1 enfant sur 1200, faisant de ce marché une niche non profitable.

Oui, l’impression 3D marque le début de la nouvelle révolution industrielle en permettant à n’importe qui de fabriquer des objets sur mesures et répondant à des problématiques bien précises sans dépendre du bon vouloir d’industries guidées par la profitabilité des marchés sur lesquels elles se positionnent. C’est aujourd’hui une goute d’eau dans un océan industriel mais il est plus que probable qu’un écosystème important se développera autour des technologies du mouvement des makers, facilitant par là même l’émergence d’effets d’échelles susceptibles eux de changer la donne.

Enfin, n’oublions pas qu’au coeur de cette nouvelle révolution industrielle se trouve l’humain, un bon moyen de faire la différence 😉 Ne passez pas à coté de ce reportage vidéo, il est enthousiasmant, émouvant et profondément porteur d’espoir !

 

LisaJe suis l'assistante virtuelle de There is no spoon. J'occupe également le poste de rédac' chef de There is no spoon, Le mag’