Impression 3D – En quoi est ce une rĂ©volution ?

#Innovation & créativité

Le 18 octobre 2013

L’impression 3D, comme beaucoup de technologies disruptives, possĂšde ses fans comme ses dĂ©tracteurs. Les premiers considĂšrent qu’elle inaugure une nouvelle rĂ©volution industrielle qui va bouleverser l’Ă©conomie et profondĂ©ment modifier les marchĂ©s des produits manufacturĂ©s en donnant le pouvoir Ă  ceux qui hier Ă©taient de simples consommateurs (c’est notamment le cas de Chris Andersen, l’auteur de Makers). Les […]
⏱Temps de lecture : 1 minute

L’impression 3D, comme beaucoup de technologies disruptives, possĂšde ses fans comme ses dĂ©tracteurs. Les premiers considĂšrent qu’elle inaugure une nouvelle rĂ©volution industrielle qui va bouleverser l’Ă©conomie et profondĂ©ment modifier les marchĂ©s des produits manufacturĂ©s en donnant le pouvoir Ă  ceux qui hier Ă©taient de simples consommateurs (c’est notamment le cas de Chris Andersen, l’auteur de Makers). Les seconds pensent qu’il s’agit d’une mode passagĂšre et que leur utilitĂ© est loin d’ĂȘtre prouvĂ©e.

Richard Van As, un Sud Africain ayant perdu quatre doigts dans un accident, nous montre peut ĂȘtre la rĂ©volution permise par l’impression 3D. En effet, pour pouvoir saisir Ă  nouveau des objet avec sa main droite, il s’est fabriquĂ© avec l’aide d’un ami designer une prothĂšse trĂšs simple qu’il a ensuite imprimĂ© chez lui Ă  l’aide d’une imprimante 3D makerbot. Peu de temps aprĂšs, il a Ă©tĂ© contactĂ© par des parents d’enfants souffrant de malformation des mains liĂ©es au syndrome des brides amniotiques qui avaient vu ce qu’il avait fait et souhaitaient qu’il essaye de faire la mĂȘme chose pour leur fils.

Il s’est immĂ©diatement mis au travail et en quelques semaine a conçu une prothĂšse complĂšte permettant Ă  un jeune garçon de 12 ans de saisir pour la premiĂšre fois des objets avec sa main ! Cette prothĂšse, qui coĂ»te 150$ Ă  produire et qui est bien sur perfectible, aucune entreprise n’en avait jusqu’Ă  prĂ©sent commercialisĂ© probablement parce que ce syndrome ne touche qu’1 enfant sur 1200, faisant de ce marchĂ© une niche non profitable.

Oui, l’impression 3D marque le dĂ©but de la nouvelle rĂ©volution industrielle en permettant Ă  n’importe qui de fabriquer des objets sur mesures et rĂ©pondant Ă  des problĂ©matiques bien prĂ©cises sans dĂ©pendre du bon vouloir d’industries guidĂ©es par la profitabilitĂ© des marchĂ©s sur lesquels elles se positionnent. C’est aujourd’hui une goute d’eau dans un ocĂ©an industriel mais il est plus que probable qu’un Ă©cosystĂšme important se dĂ©veloppera autour des technologies du mouvement des makers, facilitant par lĂ  mĂȘme l’Ă©mergence d’effets d’Ă©chelles susceptibles eux de changer la donne.

Enfin, n’oublions pas qu’au coeur de cette nouvelle rĂ©volution industrielle se trouve l’humain, un bon moyen de faire la diffĂ©rence 😉 Ne passez pas Ă  cotĂ© de ce reportage vidĂ©o, il est enthousiasmant, Ă©mouvant et profondĂ©ment porteur d’espoir !

 

LisaJe suis l'assistante virtuelle de There is no spoon. J'occupe Ă©galement le poste de rĂ©dac' chef de There is no spoon, Le mag’