#Storytelling / 5min pour comprendre les montagnes russes de l’émotion.

⏱Temps de lecture estimé : 4 minutes

Fin 2016, nous avons organisé à la Société Générale une conférence sur notre approche de l’innovation. Devant 250 collaborateurs motivés par l’idée de passer leur pause déjeuner avec nous, nous avons présenté des méthodes pragmatiques et efficaces pour les aider à mieux matérialiser leurs idées, mais également allumer en eux une petite étincelle et surtout les convaincre que toute idée mérite d’être exprimée.

Nous avons entre autre abordé la thématique du Storytelling et détaillé quelques outils fort utiles pour en exploiter les leviers, dont les montagnes russes de l’émotion. C’est cette technique que nous allons expliciter dans cet article en nous appuyant sur une vidéo de la BBC l’illustrant à merveille.

Le principe.

Le principe des montagnes russes de l’émotion est le suivant. Il est simple, facile à mettre en oeuvre et peut s’appliquer autant à l’écrit qu’à l’oral.

À partir d’une situation de départ, il s’agit de construire son récit en l’émaillant de « crises », des moments clés chargés graduellement en tension et en intensité, qui vont jouer le rôle d’ascenseur émotionnel auprès des lecteurs ou de l’auditoire jusqu’à l’atteinte d’une apogée : ce moment où tout bascule, où chacun retient son souffle et qui va bien sûr être le théâtre d’un retournement de situation.

Il ne reste alors plus qu’à faire redescendre la tension et entrainer les lecteurs ou l’auditoire vers le happy-end.

L’intérêt de cette technique est double. D’abord, elle permet de captiver son auditoire ou ses lecteurs en suscitant une forte émotion génératrice d’empathie. Ensuite, grâce à cette émotion, elle les rend plus réceptifs aux messages que vous souhaitez faire passer. Le meilleur moment pour les faire passer étant bien évidemment le happy-end.

Le meilleur exemple du moment : les bébés iguanes de la BBC.

Cette vidéo qui illustre à merveille cette technique, vous l’avez forcément vu tant elle a fait le buzz ces derniers jours. Il s’agit du premier épisode du documentaire « Planet Earth II » de la BBC. Il en comporte 6 qui sont diffusés un par un le dimanche soir jusqu’au 11 décembre.

Elle présente des bébés iguanes qui, juste après leur naissance, doivent échapper à des serpents affamés pour rejoindre leurs semblables adultes sur les rochers.

Regardez la à nouveau, et posez vous ces questions :

  • Quelle histoire le réalisateur a-t-il voulu nous raconter à partir des heures de vidéo captées ?
  • Comment procède-t-il pour nous captiver ?
  • Les images sont elle suffisantes pour pouvoir se passer de la narration ?
  • Quel message cherche-t-il à nous faire passer ?
  • Pourquoi a-t-il fait appel à Hans Zimmer pour la musique ? (compositeur des BO de « The Dark Knight », « Gladiator » ou « Pirates des Caraïbes »)
  • Quelles sont les différentes crises ? (« Mais le voyage sera dangereux », apparition des serpents, capture n°1, encore plus de serpents….)
  • Quelle est l’apogée ? (capture de l’iguane survivor après une longue course)
  • L’iguane « survivor » est-il vraiment le même tout au long de la séquence ?

En conclusion.

Les montagnes russes de l’émotion est une technique en apparence simple à utiliser, mais qui nécessite beaucoup de travail pour être efficace. Elle est d’autant plus efficace si vous utilisez en complément de la narration des supports visuels (illustrations, photos, vidéo), ou inversement.

Vous pouvez vous en servir à n’importe quel moment : pour pitcher une idée, pour présenter un nouveau projet à vos équipes, pour expliquer une décision, pour écrire un article de blog… L’important est de toujours garder en tête le message que vous voulez faire passer et là où vous souhaitez emmener votre auditoire ou vos lecteurs.

D’ailleurs, pour construire votre Storytelling en vous appuyant sur les montagnes russes de l’émotion, vous pouvez également faire appel aux 22 règles de Pixar pour être exaltant, percutant et efficace que nous avons également présenté lors de cette conférence.

Bon Storytelling !

Fabien GrenetCofondateur de There is no spoon, Fabien est tout autant passionné par l'innovation et le numérique que par le jardinage. Il partage sa vision et son expérience sur Take the Red Pill, ainsi que ses expérimentations agricoles sur Le Potager Perché. There is no spoon est une agence écosystème fédérant des freelances partageant un même objectif : permettre d'accélérer les projets en exploitant les leviers du numérique (état d'esprit, méthodes, outils).